Les Arts Classiques du Tao ?

Publié le 22 Avril 2015

Les Arts Classiques du Tao ?

 

Introduction

Partons ensemble à la decouverte de ce mouvement propulsé par Georges Charles comme une alternative à la sectarisation ambiante en France et dans le monde sur le sujet des Arts martiaux Chinois et de leurs représentants (sans parler de la pratique...). Une identité particulière donc, qui saura certainement vous séduire par son authenticité mais aussi par la voie qu'elle propose. Les Arts Classiques du Tao représentent actuellement une soixantaine d'associations en France, délivrant chacune des pratiques internes et/ou externes dans la lignée des "Arts Chevaleresques" comme aime le dire Georges Charles... Il me semble que cela meritait donc de s'y pencher !
Pour ceux qui ne le connaisse pas encore (Mais ou etiez vous?), vous pouvez retrouver sa Biographie sur son site tao-yin.com que je ne saurais trop conseiller de parcourir par ailleurs, car il regorge de petits trésors... il dit lui même qu'il ressemble à une petite boutique chinoise;))

                                                                                                           Alexis (blogmaster)

Voici donc ce que l'on peut trouver sur les Arts Classiques du Tao:




 

Les pratiques:

• TAO YIN QIGONG ou GYMNASTIQUE DU TAO
• KUNG-FU WUSHU ou ART CHEVALERESQUE CHINOIS
• XINGYIQUAN ET SAN YIQUAN
• TAIJIQUAN ou POING DU GRAND FAITE
• BAGUAZHANG ou PAUME DES HUIT TRIGRAMMES
• AIKIDO SUMIKIRI
• ARTS MARTIAUX VIETNAMIENS ET SINO-VIETNAMIENS
• MASSAGES ET AUTOMASSAGES
• CALLIGRAPHIE
• DIETETIQUE ET GASTRONOMIE
• ARMES ANCIENNES DE LA CHINE
• TIR A L'ARC
• CUISINE ET DIETETIQUE CHINOISES
• PRATIQUES DE BIEN ETRE ET D'EVEIL


Ce sont les cours et stages proposés au sein des Associations Membres de la Convention des Arts Classiques du Tao Les Enseignantes et Enseignants sont Membres Enseignants de la Convention des Arts Classiques du Tao. La Convention des Arts Classiques du Tao et l'Ecole San Yiquan ne reconnaissent pas d'autres Enseignantes et Enseignants que celles et ceux figurant sur la liste des Membres Enseignants.

 

 

Commençons par la définition:

Art: " ce qui est l'oeuvre de l'homme" (def dictionnaire Hachette).

Or, il existe en langue chinoise un terme trop souvent vulgarisé "Congfu" (Kung-Fu) qui signifie textuellement "réalisation, œuvre" (Gong ou Kung caractère 2875 du dictionnaire Ricci) de l’ "homme adulte" (Fu caractère 1612 du Ricci).

Le "Gongfu" ou "Kung-Fu" est donc "l’œuvre de l’homme" ce qui nous ramène à la définition précise du Larousse. Le terme générique de "Gongfu", littéralement "réalisation humaine aboutie" peut donc également se traduire sans le moindre contresens par le mot ART. De plus, la racine grecque du mot art, ars, qui a donné le latin artis signifie de son coté "vertu, courage, adresse". Cela nous ramène à l’ "Art du Brave", le "Wushu" (caractères 5587 et 4458 du Ricci) ou "Bujutsu" en japonais désignant classiquement en Chine et au Japon ces "Arts Chevaleresques" dont parle E. Herrigel.

Par l’utilisation du mot art, nous retrouvons les racines grecques, latines, chinoises, japonaises et françaises qui motivent ces pratiques.
 
"application des connaissances à la réalisation d’une conception" (def Dictionnaire Larousse).
 
Ce qui implique une application donc une pratique. Ce qui implique aussi une connaissance, donc un apprentissage, donc un enseignement, donc une école. Ce qui implique encore une réalisation de quelque chose de conçu: on peut parler de "réalisation de soi".

Nous revendiquons le but artistique de ces pratiques.

 

Classique:
Toutes ces pratiques trouvent leurs références philosophiques, culturelles, historiques dans les textes les plus connus et étudiés de ce qu’il convient de nommer la période classique de la Chine.
Ces ouvrages, représentatifs de la pensée chinoise, lorsqu’ils sont étudiés dans les universités françaises, sont habituellement nommés les "classiques de la Chine".
Nous revendiquons cet héritage philosophique, culturel, littéraire et historique.
L’utilisation du terme classique nous semble donc le mieux approprié pour situer cet héritage dans un contexte défini.
Nous le préférons au terme "traditionnel" habituellement utilisé dans ce domaine.
Ce dernier terme possède, actuellement, de multiples connotations négatives puisqu’on l’assimile à des tendances rétrogrades, passéistes voire sectaires.
Dans l'esprit de bon nombre de nos contemporains il n'y a plus de différence entre tradition et folklore donc confusion entre traditionnel et folklorique.
Il convient également de rappeler que la pratique de ce que l’on nomme aujourd’hui "Qigong" a été introduite en France, sous Louis XV, par le Père Amiot (1718 1793).
Ce dernier lui a consacré un important chapitre dans son "Mémoire sur les Chinois" publié en 1779 et le nomme "Cong-Fou des Bonzes de Tao-sse".
La référence à cette période particulière considérée comme "classique" en ce qui concerne la danse, la peinture, la musique n’est pas dénuée d’intérêt.

Le Père Amiot utilise, par ailleurs, le terme "Cong-Fou" (Gongfu ou Kung-Fu) cité précédemment.
En langue chinoise le caractère "classique" (Dian ou Tien 4916 du Ricci) est une référence aux "citations tirées des textes classiques".
Le Petit Larousse en donne comme définition:
Classique : "Conforme aux règles tracées par les anciens" ou encore "ouvrage qui, par sa perfection, peut servir de modèle".
Ce qui valorise la connaissance dès lors qu’elle s’appuie sur des règles pouvant servir de modèle et tracées par les anciens.
Il y a donc possibilité de s’y référer.
Donc il existe une référence.
En ce qui nous concerne cette référence est celle des textes classiques chinois.


 

Tao:

 

Tao ou Do par Rie Takeda

 

Le Tao (caractère 4767 du Ricci) se traduit littéralement par route, chemin, voie à suivre, principe.

Il s’agit d’un paradigme philosophique essentiel à la culture chinoise classique désignant à la fois une origine, une évolution et un aboutissement.
Mais aussi et surtout ce qui précède déjà et ce qui prolonge encore.
Avant il y a déjà quelque chose. Après il y a encore autre chose.

Certains auteurs modernes, dont des sinologues, croient bon traduire Tao, ou tao, par univers ou Univers. Or "L'univers est une fiente de mouche sur la sandale de Bouddha"
Alors que dire du Tao ?

 

Tao par Shu Jin

Do par Morihei Ueshiba

 

Il indique, d’une part, l’origine chinoise de ces pratiques et, d’autre part, son rattachement à un système philosophique particulier développé par Laozi (Lao Tseu), Zhuangzi (Tchouang Tseu), Liezi ( Lie Tseu) et commenté dans de multiples ouvrages habituellement étudiés dans le cadre de la philosophie chinoise, ceci dans toutes les universités occidentales. Le caractère Tao, que l’on peut écrire Dao dans la transcription Pinyin, est désormais passé dans la langue française ce qui autorise cette phonétisation issue de L’Ecole Française d’Extrême-Orient (EFEO).
Ce caractère Tao se retrouve, en outre, sous diverses transcriptions dans tout l’Extrême-orient ; Do au Japon, Dao au Vietnam, ce qui permet de ne pas limiter le Tao à la Chine.
Le Tao des philosophes peut donc être conçu comme une valeur universelle dépassant le temps et l’espace ainsi que le cadre des nationalités.


Le Tao des praticiens est sans limite.
Pourquoi donc le restreindre à cette valeur universelle, à cet univers limité qui possède un début et une fin, à un quelconque achèvement ou à un aboutissement sinon à un accomplissement. Dans le Tao rien n'est universel puisqu'il contient l'univers, rien n'est achevé puisqu'il est à la fois immobile et en mouvement, rien n'est abouti puisque sans limite, rien n'est accompli piuisque tout reste possible.

 

Tao et son caractère ancien
 

A droite une tête ou un casque avec des cornes : symbolise le chef de clan ou le chef de harde si il s'agit d'un grand cerf à belle ramure.
A gauche une rivière et le passage d'un gué avec la trace d'une empreinte.
C'est rituellement l'empreinte (Zhi) de celui qui a facilité le passage.
La voie est sinueuse mais le passage est montré par le chef qui laisse son empreinte
C'est aussi le Chef, ou Roi, qui chevauche un Dragon.
C'est La Voie Royale.


 

Avant toute chose, nous vous proposons de pratiquer !

Certains considèrent que la pratique est une sorte de station service sur l'autoroute qui mêne au bien être.
Il s'y arrêtent donc un moment, font le plein, visitent la boutique et repartent jusqu'à la prochaine station. Notre vision est différente puisque nous proposons de découvrir la pratique comme un territoire global avec ses villes, ses villages, ses lacs, ses collines, ses forêts, ses terroirs et surtout ceux qui y habitent depuis fort longtemps, parfois depuis des siècles. Ou au moins depuis plusieurs années. Cela mérite bien de prendre un peu de temps.

Nous ne sommes pas pressés. Nous existons en Chine depuis plusieurs siècles, notre école existe en France depuis plus de cinquante ans et l'Association qui la représente officiellement depuis près de trente ans. 
Nous pourrions vous proposer du "Kung-Fu Shaolin", du "Chi Kung", du "Taichi" comme on vous propose du "Saké" au restaurant chinois ou des films de "karaté" avec Jacky Chan ou Jet Li. Car nous savons et nous pourrions "aussi" le faire et depuis fort longtemps.

Mais nous avons choisi de vous proposer autre chose. De vous proposer ce que nous pratiquons, ensemble, au sein des "Arts Classiques du Tao". Une pratique respectueuse de la tradition chinoise classique. Une pratique respectueuse d'autrui et de l'environnement. Une pratique qui plonge ses racines dans les Arts Chevaleresques, que l'on nomme vulgairement arts martiaux et dans les Art d'Eveil et de santé qui font désormais partie du patrimoine millénaire de la Chine et de l'humanité. Ceci en dehors de tout esprit sectaire, confessionnel ou politique.

Abandonnez donc ici les images du sergent chef instructeur et des marches en canard humiliantes dans un environnement sportif viril et uniformisé, du Gourou infaillible et nécessairement barbu prônant le riz complet ou des méditations nunuches avec volutes d'encens et musique New-Age. Vous seriez déçus. Venez simplement rencontrer l'un de nos enseignants et participer, sans engagement, à un cours d'essai.

 

 

 Caresser le dragon Taijiquan et Xingyiquan dans le parc d'un temple taoïste en 192 
La posture de l'arbre


@ Photos Arts Classiques du Tao Reproduction interdite 
Une pratique ancestrale en Chine qui, pendant longtemps fut réservée aux Mandarins !

 



A L'ETRANGER

"On aurait pu vous dire tout de suite : le Qigong c'est ancien, c'est chinois, c'est super et ça sert à des tas de trucs comme se sentir mieux dans sa peau et à être super efficace au boulot. Mais on a quand même préféré vous donner quelques explications ! Si vous êtes trop pressé pour les lire, passez quand même nous voir un de ces quatre !"
Georges Charles 

Les Arts Classiques du Tao : une appellation générique pourquoi ? Simplement parce que nous vous proposons plusieurs pratiques regroupées au sein d'une même appellation.

A vous de choisir en connaissance de cause la ou les pratiques qui vous conviennent le mieux et que vous recherchez. Il est en effet difficile actuellement de se retrouver dans la jungle des termes asiatiques et de leurs transcriptions le plus souvent fantaisistes. Des termes similaires peuvent tout à fait représenter des pratiques différentes alors que des termes différents peuvent représenter des pratiques similaires !


-> Les exemples du Taijiquan et du Qigong permettent de mieux comprendre ce problème.


Taijiquan et Qigong représentent deux pratiques fort différentes bien qu'issues originellement de Chine. Cette transcription est donc celle utilisée officiellement lorsqu'on transcrit les caractères chinois concernés en langue occidentale.

Elle est donc reconnue tant par la Chine que par les instances internationales. 

Mais la "spécificité culturelle française" fait qu'il existe encore de multiples autres transcriptions issues généralement de l'Ecole Française d'Extrême-Orient (EFEO) ou des transcriptions anglo-saxonnes (Wade). Sans parler de la transcription des acupuncteurs de la vieille école et des phonétisations journalistiques arbitraires. 

Pour Taijiquan (pinyin Zimu donc le "chinois officiel" - que l'on prononce par ailleurs Taille Tchi Tchuane ! ) On retrouve donc les transcriptions les plus diverses comme Tai Chi Chuan, Taïchi Chuan(FTCCG), Taï Chi Tchuan, Tai-Chi-Chuan (Antony), Tai Ki Tchuan (De Wespin) T'ai-ki k'iuan (Despeux et Etiemble !), Taidji Kuen, Tai Tchi Tchuan, T'ai Chi Ch'uan (Chen Man Ch'ing), T'ai-Chi Chuan (J.C.Sapin), Taikyokuken (Japon).

Passons sur les variations entre tirets, trèmas, apostrophes ! 

Et il en est de même pour le Qigong (pinyin zimu donc le "chinois officiel" - que l'on prononce par ailleurs Tchi Kongue ! ) : Qi Gong (FTCCG), Chi Kong, Tchi Kong, Ki Kong, Dji Cong, Chi Cong, Trsi Gung, Chi Kung, Ki Kung...tous authentiquement relevés dans des ouvrages, prospectus et articles divers.
Nous éviterons le pensum avec le Gongfu ou Kung-Fu qui en possède une bonne quinzaine ! Sans parler des pratiquant(e)s branché(e)s qui déclarent "faire du Taï" ou "faire du Qi"...

Comme on fait les pyramides ou la Thailande : En touristes.

D'autant plus que, par expérience, la plupart des personnes qui souhaitent "faire du taïchi" ne savent pas qu'il s'agit originellement d'un art martial (Quelle horreur !) puisque le théorème de base est le suivant :

"Tout chinois qui remue le matin dans un parc fait du taïchi". 

Or ces gens qui remuent dans un parc peuvent tout à fait pratiquer, souvent fort mal d'ailleurs, une douzaine de "choses" différentes dont les fameux "Tchi Kongue" !

Avouez que même un Jésuite chinois y perdrait son latin. Comme nous vous proposons d'étudier et de pratiquer plusieurs méthodes de "Qigong", de "Taijiquan", de "Kung-fu", de "méditation" et même de la calligraphie ou de la diététique nous avons décidé de regrouper tout cela dans une appellation bien française et donc même légale au regard de la "Loi Toubon". 

 



 

LA PRATIQUE…

Ceque vous apporte la pratique: Elle est avant tout un art corporel énergétique orienté vers le bien-être et la santé naturelle. Régularisation du stress, contrôle de l'agressivité, équilibre physique et émotionnel, gestion du potentiel d'action, régénération de l'énergie par le contrôle en profondeur du souffle, maîtrise des émotions, ralentissement du processus de vieillissement corporel et cérébral, réduction des dépendances, augmentation des capacités intellectuelles, développement des perceptions sensorielles et extra sensorielles. 

Capacité de mieux gérer les agressions de diverses natures et surtout d'en restreindre les conséquences. 

Compréhension de la pensée chinoise donc des moyens et des stratégies utilisés tant dans la médecine chinoise que dans les affaires par l'application rationnelle et pragmatique des principes développés dans la stratégie de Sunzi (Sun Tsu). 

Harmonisation de la relation corps/esprit au travers d'une pratique spirituelle évoluée dénuée de tout esprit sectaire. 

Découverte des phénomènes de la nature et de l'influence énergétique des lieux. 

Valorisation des capacités humaines dans les rapports avec autrui et l'environnement. Eveil et méditation. 

Et même suivant le terminologie chinoise classique "Alchimie interne" ou "Alchimie de l'Intérieur" (Neidan Gong).

Plusieurs orientations au sein d'une même pratique générique. Les Arts Classiques du Tao vous proposent donc plusieurs pratiques différentes mais qui s'incluent dans un contexte global.


POURQUOI ? 

De tous temps ces diverses pratiques ont toujours constitué un ensemble inclus dans un mode de vie spécifique aux sages de la Chine ancienne. Par principe nous conservons cette vision des choses et respectons ce mode de pensée. Cependant nous sommes bien conscients que la plupart d'entre vous on autre chose à faire dans la vie que de se consacrer uniquement à l'étude et à la réalisation de la sagesse chinoise ! 

Il a fallu adapter ces pratiques orientales à la conception occidentale et surtout à un mode de vie actuel. Mais sans pour autant les affadir ou les dénaturer. 

Et c'est là toute la difficulté donc le défi des Arts Classiques du Tao. Le Tao-Yin Qigong (ou Daoyin Qigong) : Gymnastique énergétique chinoise. Il s'agit d'une forme classique de "Qigong" (prononcer Tchi Kongue) issu de la tradition du Tao et représentant un école, le Ling Pao Ming, qui s'est structurée entre le XIe et le XIII e siècle mais qui s'est transmise de génération en génération jusqu'à nos jours. 
On entend souvent dire que le "Qigong" est vieux de plusieurs millénaires.
 


Les Armes de Predappio Alta

 

C'est vrai dans le principe mais de nombreuses écoles sont nées la semaine dernière. Ou ont été recrées de toutes pièces il y a quelques années.

Nous vous présentons une forme "classique" mais qui a l'avantage d'être représentée en France depuis 56 ans et transmise par des occidentaux depuis plus de trente ans. 

Elle est donc à la fois réellement très ancienne si on se réfère à la tradition chinoise mais très jeune de par son dynamisme actuel. Elle possède aussi l'avantage de se référer à une transmission directe sans intermédiaires, ni traducteurs. Les explications et indications sont donc claires et précises. Chaque terme utilisé l'est en connaissance de cause.

La transmission de cette pratique s'est effectuée en France, en langue française, et au cours d'une dizaine d'années d'étude et de pratique auprès d'un maître chinois réputé et parlant parfaitement notre langue.

Elle bénéficie de supports pédagogiques exceptionnels au travers de plusieurs ouvrages de référence publiés en langue française. Ouvrages de Georges Charles Elle est représentée en France, en Métropole et Outre-mer, au travers d'une quarantaine d'associations regroupées au sein de la Convention des Arts Classiques du Tao, dans la Communauté Européenne, ainsi que dans plusieurs pays francophones (Québec).

Il s'agit, au travers de postures, de mouvements, de séquences de faire circuler l'énergie vitale (le Qi ou Chi ou Ki ) au travers du corps (méridiens d'acupuncture) et des organes afin de rééquilibrer conjointement l'organisme et l'esprit. 

C'est donc un art corporel et énergétique orienté vers le bien-être et la santé naturelle. Il permet de réparer, de restaurer, d'accroître, d'utiliser rationnellement cette énergie vitale qui est le fondement essentiel de la médecine chinoise et de ses applications (acupuncture, massages, diététique du Tao, automassages et mobilisations...). 

C'est donc un outil très performant pour retrouver la vitalité, la souplesse, l'équilibre, le calme tout en conservant les capacités d'action. Un travail en profondeur sur les émotions, qui sont considérées comme une émanation de l'énergie (Qi) des Cinq Organes, permet de les régulariser et d'éviter qu'elles se transforment, comme c'est trop souvent le cas, comme le principal facteur de cause interne des maladies.

Ce travail s'effectue au travers de visualisations simples et de l'utilisation de sons et de vibrations qui motivent cette énergie vitale et ces énergies organiques profondes. Régularisation du stress, contrôle de l'agressivité, équilibre physique et émotionnel, gestion du potentiel d'action, régénération rapide par le travail du mouvement et du souffle, ralentissement du processus de vieillissement corporel et cérébral, réduction des dépendances, augmentation des capacités intellectuelles, développement des perceptions sensorielles et extra sensorielles sont autant de facteurs positifs liés à cette pratique. L'étude de mouvements simples et de séquences spécifiques permettent de reproduire chez soi ce qui a été étudié pendant les cours dirigés et les stages. Les Arts Internes : Taijiquan , San Yiquan.

Les principes sont les mêmes que pour le Tao-Yin Qigong et les effets produits sont fort semblables puisque le travail énergétique est commun à ces diverses pratiques qui, jadis, représentaient un ensemble unique et global. Mais il s'agit de mettre ces principes en application au travers d'une pratique particulière qui est celle d'une confrontation avec autrui. En effet, il est fort à la mode d'être "en harmonie avec l'Univers mais fâché avec son voisin de palier". Donc de se réaliser tout seul dans son coin en regardant son nombril. 

La proposition est simple : accepter l'alter-égo, donc l'autre, donc les autres, donc ses semblables, donc leurs différences. 

Et faire avec. Près de cinquante ans de pratique assidue nous ont incité à remplacer ce terme "martial" qui évoque la violence (Mars est la divinité de la guerre - un égorgeur psychopathe en jupette de cuir ! ) par le terme "chevaleresque". Donc à éviter de reproduire la violence tout en prenant compte qu'elle existe réellement au sein de notre société.

Mais il ne s'agit pas uniquement de la violence physique exercée par un quelconque "loubard", fantasme récurent des cours de "self-défense" ou "d'arts martiaux" où on enseigne à des amateurs bienveillants et naïfs comment vaincre des professionnels de l'agression. Généralement dans une ambiance teintée d'un fort caporalisme presque germanique.

Nous ne proposons donc pas de recette infaillibles qui si elles fonctionnent vous amènent aux Assises ou si elles ne fonctionnent pas aux urgences hospitalières. Nous préférons axer notre travail sur l'équilibre physique, émotionnel, psychique et mieux faire comprendre les motifs et les moyens de l'agression. Afin de restreindre ses conséquences en protégeant son intégrité physique et morale. Ce qui n'exclut pas une certaine efficacité si le besoin s'en fait sentir.

Dans cette hypothèse le travail avec partenaire se révèle un outil essentiel car il permet de mieux comprendre les mécanismes physiques, émotionnels, intellectuels qui régissent les rapports humains dans une situation de conflit. Le travail profond des sensations et de l'approche d'un environnement immédiat et relatif permet d'éviter, dans bien des cas, la confrontation. Lorsque celle-ci a lieu, une attitude équilibrée et consciente permet, également dans bien des cas, d'en restreindre les conséquences. 

Mais cette notion de la gestion du conflit s'étend bien au delà du "cassement de gueule" tel qu'il est généralement conçu dans ces fameux "arts martiaux" puisqu'il prend en compte d'autres conflits beaucoup plus permanents : rapports difficile avec autrui ; principes du blocage ou de l'esquive en cas de confrontation familiale ou professionnelle ; juste attitude vis à vis d'autorités agressives ; stratégies à court, moyen et long terme... Donc utilisation rationnelle du potentiel humain dans les rapports que l'on a avec la société et l'environnement.

Dans ce cas la "sagesse millénaire chinoise" n'est pas un vain mot, ni un endormissement de l'être et de la conscience, mais un outil performant et efficace à la portée de toutes et tous. 

Et les principes essentiels que nous utilisons permettent, en outre, de comprendre les fondements de la pensée chinoise, et partant asiatique, donc des moyens et des stratégies utilisées tant dans la médecine chinoise que dans la politique ou dans les affaires. Ce qui actuellement est loin d'être négligeable. 

Mais cela reste entre nous bien évidemment!

 


Les Arts Externes :

Il s'agit de ce que l'on nomme habituellement "Kung-Fu" et plus précisément "Kung-Fu Wushu" - littéralement "réalisation personnelle - donc compétence - dans l'art de la bravoure" - Cela nous le faisons depuis plus de trente ans aussi et nous n'avons pas attendu la venue des faux moines de Shaolin (vus à la télé au "plus grand cabaret du monde" ce qui indique qu'il doit s'agir plus de Music-hall que de représentants du Bouddha !) pour transmettre cet héritage historique et culturel authentique. 

Inutile donc de casser des planches, de lécher des pelles rougies, de marcher sur des sabres d'opérette, ou de faire un grand écart latéral, ni même de se déguiser en Chinois pré-révolutionnaire, pour trouver du plaisir dans la pratique ! 

On peut même se passer parfaitement de se faire hurler dessus par un caporal de service, d'aller se faire briser le nez ou les orteils en compétition et même d'aller passer des grades bidons dans un gymnase de la périphérie où l'on doit nécessairement se justifier d'avoir eu le tort de pratiquer différemment que ceux qui sont justement assis de l'autre coté de la table et qui ne pratiquent plus depuis belle lurette puisqu'ils enseignent par le biais d'assistants dévoués. 

On peut se dispenser de dépendre, par le biais d'une fédé bienveillante, d'une quelconque puissance étrangère et de ses honorables correspondants et simplement éviter le Kung-fu-marxiste-léniniste à la sauce chinepop ou le Kung-fu-nationalisto-capitaliste à la sauce taiwainaise. Sans pour autant tomber dans le Kung-fu franchouillard ou banlieusard. Et simplement pratiquer entre gens bien élevés, adultes et responsables qui recherchent, simplement, une voie permettant de bien s'accomplir physiquement, intellectuellement et moralement. Au sein d'Associations déclarées, donc de personnes morales respectueuses des lois en vigueur sur notre territoire. Et donc certaines possèdent également un agrément ministériel sans que pour autant elles prétendent un monopole ou une exclusivité de la pratique, de l'enseignement, de la formation ! 

Au sein de ces pratiques externes nous enseignons également les Armes Traditionnelles de la Chine Ancienne : bâton long, épée, sabre, lance, éventail. Et nous n'en faisons pas un plat puisque cela s'est toujours fait au sein des Ecoles représentant cette tradition authentique.

La pratique de l'Externe, comprenant les Armes, permet donc , au travers des diverses écoles représentées, de trouver celle qui correspond le lieux à ses aspirations mais elle n'en demeure pas moins inclue au sein des Arts Classiques du Tao. Elle constitue un complément à la pratique des Arts Internes et du Tao-Yin Qigong.

 

 

Le Maître Liao Wu Chang et son bâton long

 

 

La Méditation :

Elle est parfaitement intégrée à notre pratique des Arts Classiques du Tao puisqu'on y retrouve les fondements de la méditation Bouddhiste originelle dans la pratique du Zhan Chan ou Ritsu Zen qui est le pilier central articulant l'Interne et l'Externe.

C'est également l'aboutissement de la pratique du Tao-Yin Qigong au travers de la pratique de la Méditation Taoïste (Méditation du Calendrier de Jade, Marche dans les Etoiles, Formation du Joyau Ecarlate).

Il s'agit tant de la méditation active ou debout (Zhan Chan ou Ritsu Zen) que de la méditation passive ou assise (Zhou Chan ou Za Zen), ces deux aspect ayant toujours été parfaitement complémentaires.

Cette méditation (etymologiquement Agir/Centré - Medius/Action) se base sur le contrôle total de la respiration et du mental (étymologiquement ce qui relie l'esprit à l'acte) au travers de pratiques millénaires et spécifiques aux Trois Doctrines Authentiques (San Jiao) : le Bouddhisme Chan (Zen) ; le Taoïsme du Ling Pao ; le Confucianisme de l"Ecole de la Pureté du Coeur (Xinxue).

 




En Inde la "méditation" de dit "Dhyan" 
En Chine la "méditation" se dit "Chan"
Au Japon la "méditation" se dit "Zen" 
Et en Occident on dit "On est Zen" ou pire "On fait du Zen" !




Contact de l'association:

L'Association IDAMCT
Institut des Arts Martiaux Chinois Traditionnels, fondée en 1978.
Association Mandataire de la Convention des Arts Classiques du Tao


Siége Social IDAMCT
7 rue Fernand Widal
75013 PARIS
Mail : georges.charles1003@orange.fr


Pour en savoir plus: http://www.tao-yin.com

 

Article & photos tirés du site tao-yin.com avec son aimable autorisation.



 


 

 

Rédigé par AV

Publié dans #Mes articles

Commenter cet article

Dino Fava 17/08/2016 12:54

Superbe article. Cela me rappel l' ambiance du stage de Paulhac .