Liu Chia-liang (劉家良 en chinois, Lau Kar-leung en cantonais)

Publié le 1 Décembre 2008

Liu Chia-liang (劉家良 en chinois, Lau Kar-leung en cantonais)

Si LIU CHIA LIANG n'avait pas éxisté, nous n'aurions certainement pas eu les films d'arts martiaux que nous connaissont aujoud'hui.

Pour la petite histoire, LIU CHIA LIANG a appris les arts martiaux par son père qui avait lui même appris les arts martiaux par son père qui était élève de WONG FEI HONG. Quand même ! Né en 1935 à Guangzhou, c'est à l’age de 15 ans qu'il commence ses premières figurations dans le cinema hong-kongais, à une epoque où le kung-fu n'a aucun intérêt au cinéma. C'est grâce à la série des Wong Fei Hong, dont il est acteur-réalisateur( près de 80 films) que Liu Chia Liang permet aux arts martiaux de se développer en Chine. En résumé, c'est grâce à lui que les arts martiaux existent au cinéma. C ’est grâce à "The Jade Bow" (1966) que le réalisteur explose les compteurs , ce qui lui permettra d'être embauché par la fameuse compagnie, la SHAW BROTHERS. Il devient alors le directeur des combats de Chang Cheh, second grand personnage des films d'arts martiaux. Cheh - Liang deviendront alors les maîtres du Wu Xia Pian en Chine, les maîtres de l'âge d'or des arts martiaux au cinéma, vers 1960 - 1970.

Mais voilà, en 1970, c'est Bruce Lee qui prend la main en mettant en scène un nouveau style de combat plutôt percutant. Le physique de Bruce Lee différent par son côté mi-orientale, mi-occidentale fera son succès. Les deux maîtres d' arts martiaux surfent sur cette vague qui ne durera qu'un temps. Suite au décès de Bruce Lee le cinéma d'arts martiaux a connu un vrai déclin. C'est avec "The spiritual Boxer" (1975) que Liu Chia Liang renoue avec le cinéma d'arts martiaux en proposant avec ce film le style dont Jackie Chanest le roi, le KUNG-FU COMEDIE. Il mettra ensuite en scène le très grand "The 36th Chamber of Shaolin" (1978), institution des arts martaiux. 

A cette époque, le cinéma d'arts martiaux ne fait plus recette et LIU CHIA LIANG s'épuise sur des films qui n'évoluent pas beaucoup. Cette période va alors correspondre au déclin de la SHAW BROTHERS dont Liu Chia Liang était le pilié. L'auteur va alors cumuler les bides au cinéma lorsqu'il décide de réhabiliter le cinéma d'arts martiaux chinois avec "Martial Arts of Shaolin" en 1986. Pour ce film c'est Jet Li qui sera l'artiste martial. Mais le succès sera de courte durée. A cette époque, le cinéma d'arts martiaux lui échappe et Jackie Chan et Samo Hung ont su tirer partie de cette période. C'est "Tiger on The Beat" qui remettra en scène Liu Chia Liang mais pour peu de temps. Ce semblant de crédibilté lui fera prendre conscience que son métier reste le cinéma d'arts martiaux. Il y reviendra avec "Operation Scorpio " en 1992, film parfait dans le genre.
C'est à cette époque que Jackie Chan contacte le maître pour réaliser Drunken Master 2 (1994) avec comme personnage principal le fameux Wong Fei Hung, pesonnage avec lequel il commenca sa carrière. Cette collaboration ne durera pas et Jackie Chan finira seul ce film. Entre temps Liu Chia Liang fera un Drunken Master 3 qui n'aura pas franchement de succès. Depuis, Liu Chia Liang n'a pas produit ni réalisé grand chose. En tous les cas rien qui ait eu du succès. Notons que si tout ces personnages existent aujourd'hui et font le plaisir des passionnés, c'est en grande partie grâce à cet auteur.

 

Rédigé par Tigrou

Publié dans #Cinéma, #personnalités

Commenter cet article