Liu He Ba Fa Quan / Shui Quan

Publié le 23 Juin 2013

 

Wu yi hui performing liuhebafa copier

Historique

Le Liuhe Bafa Quan (Liu Ho Pa Fa Chuan, cantonais Lok Hop Ba Fa Kuen), "Poing des 6 harmonies et des 8 méthodes", également connu à l'origine sous le nom de Shui Quan ou "Boxe de l'eau", est un style "interne" de Quanfa. Selon la légende, son fondateur serait Chen Xi Yi (871-989), un taoïste natif de la province d'Anhui qui vivait sur le mont Hua. On dit qu'il alla, sur les conseils d'un autre maître taoïste, au Rocher des 9 Chambres sur le mont Wu Dang, pour améliorer sa pratique du Qigong et apprendre celle de l'hibernation. Chen Xi Yi se trouve dans le lignage du Yin Hsien Pai (Secte des Immortels Cachés), qui assura la transmission du taoïsme de Lao Tseu à travers les âges. Chen Xi Yi aurait mis au point la "Boxe de l'eau" mais ne l'aurait jamais enseignée, laissant uniquement des écrits de ses travaux.

Plus vraisemblablement, le Liuhe Bafa Quan aurait été créé lors de la dynastie des Qing, car il partage des ressemblances avec le Taiji Quan, le Xingyi Quan et le Bagua Zhang. Certains le croit fondé vers 1860 par Lee Dong Feng (1820-1920), qui aurait recréé la Boxe de l'eau à partir des manuscripts de Chen Xi Yi qu'il aurait retrouvé près de son squelette dans une grotte. Ces soit-disant manuscripts originaux n'existent plus, mais Lee Dong Feng a écrit un poème qui est devenu la référence des pratiquants de la Boxe de l'eau

Wu Yi Hui (Wu Yik Fan, 1887-1961), le plus grand expert connu, apprit cet art avec Yan Guo Xin et Chen Guan Di, puis avec Chen He Lu. Il enseigna à son tour à la fin des années 1920, à Shanghai. Deux des disciples de Wu Yi Hui, Liang Zi Pang et Chen Yi Ren, allèrent à Hong Kong et enseignèrent le Liuhe Bafa Quan dans les années 1940 et 1960 respectivement. Le fils de Wu Yi Hui, Wu Ying Hua, établit une société pour promouvoir le Liuhe Bafa Quan à Huainan, dans la province d'Anhui.

 

Technique

Le Liuhe Bafa Quan combine la puissance du Xingyi Quan avec les déplacements du Bagua Zhang et la force neutralisante du Taiji Quan.

Les 6 "combinaisons" ou "harmonies" internes sont : corps et cerveau (apprendre à se mouvoir correctement dans l'espace), cerveau et dessein (donner un sens aux mouvements), dessein et énergie interne (le souffle se coordonne aux mouvements), énergie interne et esprit (atteinte d'un niveau d'attention supérieur), esprit et mouvement (l'esprit rejaillit à travers les mouvements), mouvement et vide (réagir sans penser à la technique à utiliser).

Les 6 combinaisons ou harmonies externes sont le corps et les articulations (colonne vertébrale, dos et cou), les mains et les articulations, les pieds et les articulations, les mains et les pieds, les coudes et les genoux, les épaules et les hanches.

Les 8 "méthodes" permettent d'appliquer les 6 combinaisons ; les méthodes externes ou physiques sont : lever et baisser, déplacer et rester immobile, avancer et reculer, ouvrir et fermer, yin et yang, vide et plein, sauter et enjamber, combiner les 6 harmonies.

Les 8 méthodes internes ou ésotériques sont : chi (l'énergie interne, dirigée par le cerveau), ku (les os, renforcés par le chi), hsing (la forme des mouvements, qui conditionne la circulation du chi), hsui (suivre les mouvements de l'adversaire et sa propre circulation de chi), ti (lever le chi du tan tien en levant la tête pour allonger le cou et la colonne vertébrale, afin d'améliorer posture et équilibre), hua (renvoyer le chi dans le tan tien, détourner le chi de l'adversaire, effectuer des mouvements de va-et-viens), le (préserver son énergie mentale et physique), fu (dissimuler son chi, sa technique).

Il existe six taolu (enchaînements pré-arrangés) : le Liuhe Bafa Quan, la forme principale qui contient toutes les techniques du style, et est constituée de deux sections composées au total de 66 groupes de mouvements ; la forme des douze animaux ou Sanpan Shiershi, qui se pratique comme un entraînement aux principes et techniques de base ; la forme des huit paumes liées ; la forme du combat du dragon et du tigre ; la forme du dragon lové ; la forme de la nage du dragon lové.

 

Ref: espace perso.orange.fr/artsguerriers/chine & http://www.liuhebafachuan.com/japan/rokugouhappou.html

Rédigé par Alexis

Publié dans #Les styles

Commenter cet article