Chang Cheh

Publié le 30 Mai 2006

REALISATEUR - HK Né le 1er Janvier 1923 - Décédé le 23 juin 2002
Chang Cheh, pilier de la légendaire compagnie de la Shaw Brothers, créa sa réputation grâce à un cinéma élégant et violent, beau et terrifiant, esthétique et brutale, un cinéma tiraillé entre la perfection et la douleur. Chang Cheh est l'incontournable représentant d'un cinéma de nouveau genre en son temps avec une fimographie en tant que réalisateur et scénariste de près de 150 films.

Tous les portraits du réalisateurs définissent Chang Cheh comme étant le père du renouveau du Wu Xian Pian mettant en scène la violence pure, le sang rouge vif, la douleur, l'agonie et la mort de ses héros si bien vétus et élégants à l'écran. Chang Cheh réduisant aussi la femme à des rôles mineures, celui-ci aura rapidement une réputation de mysogyne, voire d'homosexuel mais sans jamais l'avouer.
C'est en 1966 avec la réalisation de
One-armed swordman que Chang Cheh va véritablement imposer un style dont les bases reposent sur le respect d'une nouvelle normalité héritée des films japonais et de la littérature chinoise à l'époque fertile en héros sanglant. En effet, le succès des films de sabre japonais, (le Chambara) auprès du public Hong Kongais ou le sang et la violence des combats étaient uniques éveillent l'intérêt de la Shaw Brothers qui demande alors au réalisateur de mettre en scène des films dans le même esprit. En 1967 One-armed swordman, puis Golden Swallow en 1968 ( la suite de "L'hirondelle d'Or" de King Hu) et enfin en 1969,Return of One-Armed Swordman vont indéniablement être le tournant des réalisations de Chang Cheh. Associés dans un grand nombre de réalisations, Chang Cheh et Liu Cia Liang vont travailler près de 10 ans ensemble et c'est en 1971 que le film va remporter un succès mondial grâce à une diffusion internationale. Chang Cheh à renverser la tendance.
C'est à partir de 1971, après la sortie de BIG BOSS avec BRUCE LEE que le cinéma de Chang Cheh va commencer à décliner comme une grande partie des productions de la SB (qui connaitront d'autres succès plus tard) et sa séparation avec Liu Chia Liang n'arrangera pas ses productions. Ils trouveront tout de même une parade à la fulgurante ascension de Bruce Lee, deux films qui seront leur derniers travaux en communs, Five Shaolin masters (1974) puis Disciples of Shaolin (1975), où Chang Cheh met en scène le véritable kung-fu chinois.
Chang Cheh tournera des films jusqu'en 1993 et continuera sa carrière de scénariste. Pendant ces années, face à la concurrence des nouveaux arrivants tels que Jackie Chan, Samo Hung, Tsui Hark, John Woo mais aussi Liu Chia Liang, Chang Cheh réalisera de nouvelles séries comme Brave Archer (3 épisodes) ou des Five Venoms.
Il décédera en 2002 en laissant derrière lui quelques perles incontournables du cinéma de la Shaw Brothers qui font maintenant parties du patrimoine cinématographique HK relancé grâce à Celestial.

-
A noter et surtout à découvrir :
- Une partie des films de Chang Cheh et de la Shaw Brothers sont disponibles en zone 2 chez l'éditeur
WILD SIDE VIDEO
- Retrouvez ces films au prix éditeurs chez notre partenaire :
ASIA-DIFFUSION.COM

Rédigé par Tigrou

Publié dans #Cinéma

Commenter cet article