"Le royaume interdit" / Jackie CHAN & Jet LI

Publié le 4 Avril 2011

royaumeinterditAprès Kung fu Panda, Jet LI et Jackie CHAN se réunissent au cinéma dans un film: le Royaume Interdit (sortie prévue le 24 septembre dans nos salles). Le Kung fu est mis à l'honneur à travers 2 acteurs aux styles plutôt différents.
Jet LI reste un pratiquant de Wushu. Avant de débuter sa carrière cinématographique, LI LIAN JIE (Jet LI est un pseudonyme plus "adapté" aux consonances occidentales) faisait partie de l'équipe de Chine de Wushu. Cet athlète de haut niveau remporta plusieurs titres nationaux dès son plus jeune âge ce qui a très vite attiré les réalisateurs de cinéma. On se souvient de la série HUANG FEI HONG dans laquelle il incarnait à la fois un docteur en médecine traditionnelle chinoise et le plus grand maître de Kung fu de la Chine. Les films de Jet LI bénéficient souvent de chorégraphies très soignées (à grand renfort de câbles).
Jackie CHAN a étudié les arts martiaux chinois ainsi que d'autres disciplines (Jackie CHAN est aussi connu comme chanteur en Chine) à l'Opéra de Pékin. Il s'est très vite intéressé au métier du cinéma d'abord comme doublure/cascadeur puis comme acteur et réalisateur. Son style est plus "complet" que celui de Jet LI dans la mesure où sa panoplie de styles est plus variée et plus riche. Notons également que les chorégraphies de Jackie CHAN sont résolument construites sur fond d'humour avec une forte dose d'originalité (comme par exemple le bêtisier qui illustre chaque générique de fin de la grande majorité de ses films).
Dans le Royaume Interdit, Jet LI et Jackie CHAN se retrouvent dans la Chine ancienne en compagnie d'un jeune américain fan de Kung fu et d'une orpheline. Ensemble, ils vont devoir retrouver le Roi Singe et le libérer de... Inutile d'en dévoiler plus, nous vous invitons à lire le synopsis du Royaume Interdit ici. A noter que ce film est réalisé par Rob MINKOFF, dure presque 2 heures et s'appelle the Forbidden Kingdom en version originale.

Rédigé par Alexis

Publié dans #Cinéma

Commenter cet article