Le Tatouage Chinois / Les meilleurs tatoueurs sur Paris

Publié le 28 Mai 2014

Le Tatouage Chinois / Les meilleurs tatoueurs sur Paris

Les tatouages chinois sont devenus un véritable phénomène de mode chez les amateurs de tatouage dans le monde occidental. Ils présentent des caractères harmonieux empreints d'une touche d'exotisme, et ont souvent un sens beaucoup plus profond que ce qui se trouve à la surface.

Les tatouages chinois s'accompagnent également de beaucoup de controverses. Les caractères Hanzi et le Kanji sur lesquels ils sont fondés proviennent de la Chine et du Japon, mais aucun de ces pays n'a une grande histoire ou tradition liée au tatouage. Ainsi, souvent, il existe de nombreux problèmes de traduction car les artistes tatoueurs tentent de reproduire des caractères chinois complexes ce qui, souvent, aboutit à des tatouages qui ne disent pas ce que l'on pense qu'ils disent.


Ci Shen - Tatouages chinois

L'art du tatouage remonte en Chine à plusieurs milliers d'années. Le tatouage en Chine est appelé Ci Shen (ou Wen Shen), un terme qui signifie littéralement « percer le corps ». Bien que cet art est très ancien en Chine, sa pratique est restée assez rare. Tout au long de l'histoire chinoise, le tatouage a été considérée comme une offense au corps, quelque chose d'indésirable.

Water Margin, l'un des quatre romans classiques de la littérature chinoise, fait référence au tatouage. Le roman raconte les histoires de bandits de la région du Mont Liang en Chine au début 12e siècle et parle des 108 compagnons du bandit historique Song Jiang. Trois de ces personnages sont décrits comme ayant des tatouages couvrant la totalité de leur corps.

Le tatouage le plus célèbre dans l'histoire chinoise appartient à la légende du général chinois Yueh Fei. Yueh Fei servit la dynastie Song du Sud. Au cours d'une bataille avec des ennemis du nord, le maréchal sous lequel Yueh Fei servait, trahit les Song du Sud et se rendit à l'ennemi.

Pour protester, Yueh Fei démissionna et rentra chez lui. Sa mère, très en colère contre lui, lui dit que son devoir était d'abord et avant tout son pays, en dépit de tous les autres. Pour le lui rappeler , elle tatoua sur son dos quatre caractères avec une aiguille à coudre. Ces caractères, jin zhong guo bao, sont difficiles à traduire mais signifient quelque chose comme "Servir son pays avec une loyauté ultime."

A certains moments de l'histoire chinoise, les tatouages ont également été utilisés pour marquer les criminels. Les criminels reconnus coupables d'un grave délit étaient condamnés à être tatoué sur le visage et à partir en exil vers une terre lointaine. Ainsi même s'ils revenaient, le tatouage les marquaient à jamais comme des criminels. Cette forme de punition était connue sous le nom de Pei Ci (tatouage / exil).

Dans la Chine moderne, les tatouages sont un peu assimilés et associés à la pègre et au crime organisé.


Le tatouage chez les minorités chinoises

Bien que le tatouage n'ait pas une forte tradition parmi les Chinois, cette coutume est bien plus présente chez de nombreuses minorités Chinoises. Les plus fortes parmi celles-ci, sont les groupes Drung et Dai, ainsi que le peuple Li de l'île Hainan.


Drung Tattoos

Le tatouage chez les femmes de la minorité Drung, qui vivent le long de la rivière Drung, remonte à la dynastie Ming, il y a environ 350 ans. A cette époque, les Drung subissaient les attaques de la plupart de leurs voisins, et les femmes étaient souvent prises comme esclaves.

En réaction, les femmes Drung ont commencé à tatouer leur visage. Elles jugeaient que les tatouages les enlaidissaient et qu'elles étaient moins susceptibles d'être violées. Cette tradition s'est prolongée jusqu'à nos jours, bien que les Drung ne fassent plus l'objet d'attaques de tribus voisines.

À l'âge de 12 ou 13 ans, toutes les filles Drung sont tatouées sur le visage. Il s'agit d'un rite de passage au statut de femme et c'est vu comme un signe de maturité.


Dai Tattoos

Le peuple Dai de Chine a une tradition ancienne du tatouage. A la fois, les hommes et les femmes sont tatoués. Les femmes Dai sont généralement tatouées sur le dos de leurs mains, leurs bras ou ont un petit point tatoué entre les sourcils.

Chez les hommes Dai, le tatouage est considéré comme un signe de force et de virilité. Généralement les tatouages seront réalisés de manière à accentuer et à attirer l'attention sur leurs muscles. Bien qu'il n'y ait pas de symbole traditionnel fixe, les tatouages représenteront le plus souvent une bête féroce comme un tigre ou un dragon.

Dans les temps anciens, le tatouage chez les Dai était fait aux jeunes enfants à l'âge de 5 ou 6 ans, mais il a évolué et est devenu plus fréquent aux environs de 14 ou 15 ans, une sorte de rite de passage à l'âge adulte. Le tatouage chez les Dai est toujours pratiqué à ce jour.


Li Tattoos

Le tatouage a également une longue tradition chez le peuple Li de l'île de Hainan. La plupart des tatouages, comme chez les Drung, étaient pratiquées chez les femmes. Les hommes avaient bien trois anneaux circulaires bleus tatoués sur leurs poignets à des fins médicinales, mais en dehors de cela le tatouage concernait avait tout les femmes.

Comme chez les Drung et les Dai, l'art du tatouage chez les Li était considéré comme un rite de passage à la maturité et l'âge adulte. Une jeune fille Li était tatouée entre 13 et 14 ans. La jeune fille était d'abord tatouée sur la nuque, la gorge et le visage. Ce processus prenait environ 4 ou 5 jours.

Au cours des trois années suivantes, la jeune fille était ensuite tatouée sur les bras et les jambes. Ses mains n'étaient pas tatouées. Le tatouage des mains était réservé aux seules femmes mariées et n'était pas approprié pour les femmes seules.

Les tatouages variaient considérablement d'une tribu Li à une autre, et pouvaient facilement être utilisé pour définir l'appartenance d'une femme à une tribu.

Durant les années 1930, un ethnologue allemand Hans Stubel étudia le peuple Li, et écrivit beaucoup sur leurs pratiques de tatouage. C'est surtout à partir de son travail que vient notre compréhension de leurs coutumes de tatouage. A cette époque, peu portait encore des tatouages sur le visage, le tatouage étant principalement sur les bras et les jambes. Aujourd'hui, presque plus personne n'arbore le tatouage traditionnel du peuple Li à part quelques femmes âgées.


Le tatouage chinois en occident

La fascination de l'occident pour le tatouage chinois n'a cependant pas grand-chose à voir avec l'histoire de la Chine et ses traditions de tatouage. Il ne s'agit pas de l'expression d'une forte tradition du tatouage en Chine, mais témoigne plutôt de la manière qu'ont les caractères chinois de se marier idéalement avec l'art du tatouage. C'est en grande partie un phénomène récent, mais qui continue de croître.

Si vous envisagez de vous faire un tatouage chinois, ou même plusieurs, assurez-vous bien que votre tatouage est ce que vous pensez qu'il est. Trop souvent, nous avons des témoignages de personnes dont le tatouage signifie quelque chose de complètement différent de ce qu'ils pensaient. Pour l'anecdote, un jeune homme anglais, qui pensait avoir tatoué sur son bras en caractère Mandarin "Love Honor and Obey", a découvert, plus tard, d'une femme chinoise que ce qui était tatoué sur son bras signifiait en fait: "A la fin de la journée, c'est un vilain petit garçon".

Les tatouages de symboles chinois peuvent être à la fois beaux et puissants, mais il est important de faire une recherche approfondie avant de faire ce type de tatouage car, après tout, il vous accompagnera… le reste de votre vie.

Article tiré de http://www.signe-chinois.com

 

Le Tatouage Chinois / Les meilleurs tatoueurs sur Paris

Les spécialistes du motif asiatique à Paris:


ALL TATTOO
16 rue Saint Sabin, 
75011 Paris
Métro Bréguet-Sabin
TEL: 01 43 38 64 64

Un salon très réputé et tenu par un des pionniers du tatouage en France, Christophe, avec une spécialisation sur les motifs asiatiques, et en particulier les bouddhas, lotus, carpes Koï et autres scènes issues de la culture nippone.

STARASIAN
4 Rue Elisa Lemonnier
75012 Paris
Métro Dugommier
TEL: 06 17 33 44 65

Des dessins sur mesure pour des clients venus chercher ce qui se fait de mieux en matière de motifs asiatiques dans la capitale. Tous les styles orientaux sont maîtrisés ici, de l’Inde au Japon en passant par l’Asie du sud-est. En bonus, un salon de beauté proposant naiol art et body painting.


SANHUGI
88, rue des Dames, 
75017 Paris
Métro Rome
TEL: 09 52 87 50 81

Un salon de tatouage et de coiffure avec une forte tendance aux motifs asiatiques, et aux scènes épiques et gothiques. Une préférence pour le noir et les grands motifs. Un vrai souci du détail, une hygiène impeccable et un accueil chaleureux. 


 

Rédigé par Alexis

Publié dans #Mes articles, #tatouages chinois, #tatouages asiatiques

Commenter cet article